Montréal pressée de s'opposer à la privatisation des aéroports canadiens

Publié originalement: le avril 6, 2017

Les articles sont présentés dans la langue de parution.

Montréal doit s'opposer au projet de privatisation des aéroports canadiens de crainte de perdre le contrôle d'un important levier économique, plaide le conseiller municipal Marvin Rotrand. L'élu présentera une motion lors du prochain conseil municipal pour que la métropole prenne part à la campagne dénonçant les visées d'Ottawa.

Même si le dernier budget est demeuré silencieux sur ce dossier, le gouvernement fédéral continue à étudier la possibilité de privatiser les aéroports canadiens. Le projet suscite toutefois la grogne à travers le pays. Trois des principaux aéroports - Vancouver, Ottawa et Calgary - ont récemment lancé une campagne pour contrecarrer ce plan.

Tout comme l'ont fait le gouvernement de l'Alberta et la Ville de Vancouver, la Ville de Montréal devrait joindre sa voix à cette campagne, estime le conseiller montréalais Marvin Rotrand. Dans une motion qu'il défendra le 24 avril, l'élu demandera que le conseil municipal « s'oppose officiellement à la possible privatisation des aéroports du Canada ».

« Comme on dit en anglais, si ce n'est pas brisé, on n'a pas besoin de le réparer », résume Marvin Rotrand », conseiller de Snowdon et chef de Coalition Montréal.

L'élu craint que la privatisation n'augmente les frais des voyageurs tout en réduisant la qualité des services. « Les investisseurs voient les aéroports comme des vaches à lait. Ils veulent rentabiliser leur investissement, alors ils diminuent les services et retardent les investissements pour améliorer les infrastructures. »

Lire la suite au La Presse.